Etudiants : plus d’automédication, moins de consultations


automedication-etudiant-mutuelle

Selon une enquête santé du réseau des mutuelles étudiantes emeVia réalisée sur plus de 8 000 étudiants, le constat serait préoccupant : faute d’argent, ces derniers consulteraient moins leur médecin et renonceraient donc à se soigner.

Une baisse des consultations pour cause financière

automedication-etudiant-mutuelle

En 2015, 79,2% des étudiants ont déclaré consulter un professionnel de la santé. Un nombre qui peut certes paraître important de prime abord mais qui révèle pourtant une baisse du recours à la consultation. En effet, en 2013, les étudiants étaient encore 83,1% à rendre visite à leur médecin lorsqu’ils se sentaient malades.

54,1% des sondés préfèrent désormais attendre que la maladie passe plutôt que de consulter. La raison ? Elle est financière.

L’automédication comme soin palliatif

Pour pallier à une consultation jugée trop coûteuse, les étudiants choisissent l’automédication, voire même les conseils d’un tiers. En effet, alors que certains décident de demander l’avis d’un pharmacien, d’autres privilégient la consultation de sites spécialisés en santé. C’est notamment le cas du site Doctissimo qui a vu la consultation de son site augmenter de 6,1% en 2015 contre 4,1% en 2013.

Ce renoncement aux soins pour des raisons financières concerne 15,6% des étudiants. Une proportion importante bien qu’en baisse (17,4% en 2013) très certainement expliquée par leur recours au système D. Néanmoins, ils étaient une majorité de 51,5% en 2015 à déclarer ressentir ces difficultés financières, contre 49,5% en 2013.

L’option complémentaire santé pour un meilleur remboursement des soins

complementaire-sante-etudiant

La Sécurité sociale, quel que soit l’organisme qui la gère (mutuelle étudiante, Sécurité sociale des parents, régime de la SNCF…), assure la prise en charge des dépenses de santé. Cependant, elle ne prend pas en charge la totalité des frais réellement engagés.

En France, la prise en charge des dépenses de santé repose sur deux régimes :

  • Le régime obligatoire de Sécurité sociale, qui assure le remboursement des soins à hauteur de 70% en moyenne
  • Le régime complémentaire, qui lui complète les 30% restants.

Sans complémentaire santé, le remboursement n’est donc pas optimal, c’est pourquoi les étudiants sont si nombreux à préférer l’automédication.

Pourtant, il est important de prendre soin de sa santé et il existe des solutions afin d’obtenir un meilleur remboursement. C’est notamment le cas des complémentaires santé proposées par les mutuelles étudiantes.

Les complémentaires santé interviennent suite au remboursement de la part Sécurité sociale afin de prendre en charge le ticket modérateur, les dépassements d’honoraire et le forfait journalier.

Plusieurs couvertures sont proposées, adaptées aux différents besoins des étudiants. Elles garantissent ainsi un remboursement presque total, exception faite de la participation forfaitaire et de la franchise médicale qui restent à la charge de l’assuré dans tous les cas.

Avoir une complémentaire santé adaptée à ses besoins permet d’optimiser ses remboursements et ainsi éviter les mauvaises surprises. Parce que la santé est précieuse et qu’il est important de consulter un médecin quand cela est nécessaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *