Le bégaiement, peut-il être surmonté ?


bégaiement

bégaiement

Le bégaiement altère la parole, et les autres canaux de la communication: regard, gestuelle, mimiques, postures, capacité de la voix à transmettre ce que l’on ressent. Il engendre la souffrance et souvent le repli sur soi.

Les causes du bégaiement

Le bégaiement n’a pas d’origine connue. On sait seulement quand il apparaît. Les premiers souvenirs remontent souvent à l’âge de 7-8 ans. Mais le moment exact de sa survenue est parfois occulté chez mes patients. Souvent, le père et la mère le remarquent très tôt, mais ils sont en plein désarroi. Il est donc essentiel d’amener la famille à parler et à briser le tabou que représente ce handicap.

Existe-t-il des moyens de surmonter ce handicap?

Il faut environ deux ans pour se sortir du bégaiement. A raison d’une séance individuelle d’une heure par semaine et d’une séance de groupe de parole de deux heures tous les quinze jours. La personne est amenée à identifier ses symptômes : répétitions, blocages, voix monotone, paroles « a minima », réponses imprécises, perte du contact visuel… Ce travail porte sur son comportement (évitement de mots ou de situations), mais aussi sur ses sentiments et ses croyances. D’autres approches sont proposées : exercices visant à faciliter la « fluence », jeux de rôle, discussions sur le comportement et les sentiments, partage d’expérience… Pour en finir avec sa peur, la personne va reconstruire sa relation à l’autre. Tous ces acquis devront trouver un écho dans sa vie quotidienne et la conduire à changer. D’autres méthodes peuvent avoir leur utilité : relaxation, psychothérapie, sophrologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *